LA SOLITUDE DU PATRON DE PME, UN HANDICAP POUR L’ECONOMIE FRANÇAISE

Dans 45 % des cas, ils se sentent très isolés surtout lorsqu’ils rencontrent des problèmes de trésorerie. Vrai héros des temps modernes, le patron de PME pourrait s’imaginer enjoué, aisé, très entouré.
Ce n’est pas toujours faux, surtout quand tout va bien. Mais, selon une enquête de la banque publique Bpifrance, menée avec Olivier Torrès, professeur à l’université de Montpellier, le principal créateur potentiel d’emplois en France est souvent un homme bien seul.

«La solitude est corrélée à une forme de sous-performance de l’entreprise et de mauvais climat au travail.»

Philippe Mutricy, de BPI France

L’étude réalisée auprès de 2400 dirigeants indique que dans 45 % des cas, ils se sentent très isolés surtout lorsqu’ils rencontrent des problèmes de trésorerie. Et ce n’est pas une bonne chose. «En fait, l’isolement du patron a forcément des répercussions négatives sur l’état global de la société, explique Philippe Mutricy, de BPI France, parce que la solitude est corrélée à une forme de sous-performance de l’entreprise et de mauvais climat au travail.» La première raison de cette solitude est le doute, l’incertitude et la complexité du monde.

La deuxième est le manque de reconnaissance ou la défiance injustifiée des syndicats. Enfin, la troisième raison est la difficulté à s’entourer tant en interne qu’en externe. Et c’est bien là que, pour Nicolas Dufourcq, directeur général de la Bpifrance, l’établissement peut aider. «Notre rôle est parfois de les aider à diagnostiquer les difficultés, voire de favoriser le marketing stratégique ou encore de les aider via nos accélérateurs d’entreprises. Tel un sportif, un patron est meilleur avec un coach.»

Source : Lefigaro.fr Economie Publié le 04/11/2016 : http://www.lefigaro.fr/economie/

Olivier Torrès fera une conférence lors de la Journée Régionale de l’Excellence le 17 novembre à Caen